02/05/2007

«Vous devez dire à votre mental…»

Lorsque nous accomplissons la cérémonie de l’arati, nous devons avoir des sentiments favorables à Krishna. Il en va de même pour faire une offrande. Ce peut être le sentiment de Yasoda Ma qui offre à Krishna et distribue les reliefs à tout le monde. Ou si votre svarupa (position constitutionnelle) est celle des gopis et que vous êtes qualifié pour cela, que vous avez ce désir ardent de servir de cette manière, alors vous pouvez voir que Srimati Radhika offre les préparations à Krishna.

Essayons de suivre Srila Bhaktivinoda Thakura, Srila Narottama Dasa Thakura, et tous ceux qui sont dans cette lignée. Srila Bhaktivinoda Thakura a écrit le kirtana que l’on chante lorsque la nourriture est offerte à Krishna, Bhoga-arati:

 

bhaja bhakata-vatsala sri-gaurahari

sri-gaurahari sohi gostha-bihari

nanda-yasomati-citta-hari

 

«Adorez simplement Sri Gaurahari, Lui qui montre tant d’affection à Ses dévots. Il n’est nul autre que Krishna qui accompagne les vaches de forêt en forêt et dérobe le cœur de Nanda et Yasoda.»

 

(Srila Narayana Maharaja guide les dévots en chantant:)

 

yasomati-nandana, vraja-vara-nagara

gokula-ranjana kana

gopi-parana dhana, madana-manohara,

kaliya-damana-vidhana

 

«Krishna est le fils bien-aimé de Yasoda Maiya et l’amant divin de Brajabhumi. En tant que Kana (un de Ses noms affectueux), Il enchante tout Gokula et est le trésor de la vie des gopis. Il est un voleur incontesté, subjuguant le cœur de tous les êtres, et châtie le serpent Kaliya.»

 

Au moment du mangala-arati, les gopis, et tout particulièrement Lalita et Vishaka, accomplissent l’arati à Radha et Krishna. Yasoda accomplit l’arati à 8 ou 9 heures le matin, juste avant que Krishna aille garder les vaches dans la forêt. Par son arati, elle retire les souffrances ou autres difficultés qu’Il pourrait rencontrer. Lalita et Vishaka font l’arati pendant nisanta, la fin de la nuit, en disant à Radha et Krishna: «Il faut que Vous retourniez dans Vos demeures.» Nous devons connaître ces vérités.

 

Vous chantez les saints noms sans goût, c’est pour cela que le sommeil vous gagne. Cependant, il vous faut insister auprès de votre mental en lui disant: «Je ne t’écouterai pas. Je dois te donner une leçon. Je vais attacher ma sikha et là tu seras bien obligé de chanter.» Cette situation est comparable à celle d’un enfant qui ne veut pas manger, alors sa mère trouve tous les moyens possibles pour le faire manger. De même, vous devez dire à votre mental: «Tu dois chanter harinama. Je ne te donnerai rien à manger si tu n’as pas chanté 16 tours le matin, sans bouger de ton siège.»

 

Nous essayons de chanter plus de 22 tours le matin d’une seule traite. Dîtes à votre mental: «Je ne te donnerai rien à manger et pas même une seule goutte d’eau si tu ne chantes pas. Je sais que tu n’es pas très sérieux et je vais te corriger.» Ainsi vous verrez qu’après quelques jours, ruci (un goût) apparaîtra et toutes les maladies s’en iront. Alors, d’une seule traite, vous serez capable de chanter un lakh (64 tours) de harinama. Vous n’aurez plus besoin de courir ici et là, toujours affairé à mille choses. Vous n’aurez plus cette envie de dormir ou d’être nonchalant.

 

Au cours de votre pratique du chant du saint nom (harinama), vous pouvez chanter:

 

he  krsna! karuna-sindho! dina-bandho! jagat-pate!

gopesa! gopika-kanta! radha-kanta! namo'stu te

 

«Je T’offre mes pranamas illimités, ô Krishna! Tu es un océan de miséricorde, l’ami des plus déchus, le Seigneur de la création et le maître des pâtres! Tu es Gopi-kanta, le bien-aimé des gopis, et par-dessus tout, Tu es Radha-kanta, le bien-aimé de Srimati Radhika!»

 

tapta-kancana-gaurangi! radhe! vrndavanesvari!

vrsabhanu-sute! devi! pranami hari-priye!

 

«O Gaurangi, Toi dont la carnation est celle de l’or en fusion! O Radhe, reine de Vrindavana! O fille de Vrsabhanu Maharaja! O Devi! O Toi, la préférée de Hari, je T’offre mes hommages encore et encore.»

 

Chantez avec un sentiment tel que les larmes coulent de vos yeux: «O Radhe! O Krishna! O Harinama, Tu es Krishna en personne! O Radhika, Tu es Toi-même Hare.» Asseyez-vous correctement et pleurez. De cette manière, il n’y aura pas de place pour le sommeil.

Pendant votre harinama, vous pouvez aussi de temps en temps chanter:

 

bhajami radham aravinda-netram

smarami radham madhura-smitasyam

vadami radham karuna-bharadram

tato mamanyasti gatir na kapi

 

«J’adore Radha qui a des yeux pareils aux lotus. Je me souviens de Radha qui a un doux sourire et je parle de Radha qui fond de compassion. Rien d’autre n’a d’importance pour moi. Elle est ma vie et mon âme.» (Sri  Stavavali, Visakhanandadabhih stotram 131)

 

Où sera-t-il alors question de sommeil? Même kama, krodha, lobha, moha, mada et matsarya (la convoitise, la colère, l’avidité, l’orgueil, l’illusion et l’envie) s’en iront. Parfois, vous pouvez murmurer: «Il n’y a pas de plus grand pêcheur que moi. Personne n’est aussi infortuné que moi. Tu me donnes tout, mais je suis si déchu que je n’ai pas conscience de Ta miséricorde.» Et parfois, vous pouvez chanter:

 

namnam akari da bahudha nija-sarva-saktis

tatrarpita niyamitah smarane na kalah

etadrsi tava krpa bhagavan mamapi

durdaivam idrsam ihajani nanuragah

 

«O Bhagavan, Ton saint nom seul peut combler les êtres de toutes les grâces. Aussi, des noms sublimes, en possèdes-Tu à l’infini, tels Rama, Narayana, Krishna, Mukunda, Madhava, Govinda, Damodara, que Tu as investis de toutes Tes énergies pour le plus grand bénéfice des jivas. Pour les chanter, aucune règle stricte. Dans Ton infinie miséricorde, Tu permets qu’on s’approche aisément de Toi par le chant de Tes saints noms, mais dans Mon infortune, à cause de Mes offenses, Je ne suis capable d’aucun attrait pour eux.» (Siksastakam 2)

 

Souvenez-vous toujours de la signification de ce sloka et priez, les larmes aux yeux: «Tu es un océan de compassion et je suis si déchu. Nul n’est aussi déchu que moi. Tu accordes la plus grande des miséricordes, mais je suis si infortuné que je suis incapable de recevoir Ta grâce. Pourtant, ô Prabhu, elle est tout ce dont j’ai réellement besoin.»

 

nayanam galad-asru-dharaya
vadanam gadgada-ruddhaya gira
pulakair nicitam vapuh kada
tava nama-grahane bhavisyati

«Quand donc, ô Seigneur, mes yeux se pareront-ils d’un flot incessant de larmes d’amour en récitant Tes saints noms? Quand donc tous les poils de mon corps se dresseront-ils et ma voix sera-t-elle troublée par l’émotion en chantant Tes saints noms.» (Siksastakam 6)

 

En pleurant ainsi, où sera-t-il question de convoitise, de colère ou d’avidité? Elles disparaîtront et il n’y aura plus de laisser-aller, de léthargie, ou autre obstacle matériel. Vous pourrez chanter Hare Krishna pendant des heures. Vous n’avez qu’à essayer. Après quelques temps, vous comprendrez que Parama-pujyapada Srila Bhaktivedanta Svami Maharaja est venu révéler ces sentiments et ils apparaîtront automatiquement. C’est cela la conscience de Krishna. Ce n’est pas qu’il faille contrôler qui que ce soit; non, seul votre mental doit être contrôlé.

 

N’essayez pas de contrôler autrui, essayez de simplement maîtriser votre propre mental défectueux. Ne critiquez personne. Honorez les autres en pensant: «Ils sont tous plus avancés que moi, je suis le plus déchu.» Critiquez votre mental et les mauvaises activités que vous avez accomplies. Dans cette humeur, chantez Hare Krishna.

 

Vous pouvez aussi penser: «Pourquoi mes larmes ne coulent-elles pas? Pourquoi mon cœur ne fond-il pas? Mon cœur est plus dur que la pierre ou le métal. Ô Nama, Tu es mon seul refuge et, cependant, j’arrive encore à penser: ‘Je suis un vaisnava authentique, un guru; je suis maintenant un acarya. Je peux contrôler tout le monde.’ Que puis-je faire?» Puis:

 

yugayitam nimesena

caksusa pravrsayitam

sunyayitam jagat-sarvam

govinda-virahena me

«Je te sens si loin de moi, ô Govinda, que chaque instant me semble douze années ou plus, une éternité, et des torrents de larmes jaillissent de mes yeux.» (Siksastakam 7)

 

Vous pouvez penser: «Je ne possède pas ce sentiment, mais je désire suivre le processus requis. Je veux avoir ces impressions, ce désir ardent de suivre les purs dévots dans la lignée de Srila Rupa Gosvami.» Alors, continuez à chanter en pensant:

 

aslisya va pada-ratam pinastu mam
adarsanan marma-hatam karotu va
yatha tatha va vidadhatu lampato
mat-prana-nathas tu sa eva naparah

«Que Krishna étreigne cette servante qui est tombée à Ses Pieds pareils aux lotus, ou qu'Il me piétine, me brise le cœur, en ne se montrant jamais à Moi. Après tout, c'est un débauché et Il peut faire ce qui Lui plaît. Même s’il Se montre devant moi avec une autre bien-aimée, Il demeure mon Prananatha, le Seigneur adoré de mon cœur. Je n’ai personne d’autre que Lui.» (Siksastakam 8)

 

Qui prononce ces paroles? Srimati Radhika. Sri Caitanya Mahaprabhu récite tout le Siksastakam, et seules de rares personnes, des vaisnavas authentiques, peuvent imprégner toutes ces impressions dans votre cœur. Une telle personne est un véritable siksa-guru.

 

Nous avons tout à apprendre. Comment pratiquer le bhajana, l’arcana, faire des offrandes et comment faire tout cela systématiquement à l’aide de mantras. Si nous ne le faisons pas avec les mantras appropriés, nous ne pourrons pas progresser.

 

Il est mentionné dans le Sri Bhakti-rasamrta-sindhu, se référant aux Puranas, que si vous ne pratiquez pas correctement la vaidhi-bhakti, selon les mantras et autres règles préconisés, le bhoga (l’offrande), l’arati et les autres activités ne sont pas accomplis.

 

Edition: Syamarani Dasi

Traduction: Krishna-bhakti Dasi

Correction: Syamananda Dasa

05:45 Écrit par Dharma Today dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.