27/06/2006

Satsang du 17 juin 2006

PENSEE DU JOUR :

Le fidèle considère le fait de manger comme un acte d’adoration du Dieu intérieur.

Vedânta

 

 

LES VALEURS UNIVERSELLES :                           

Origine et Fonction

Swami Dayananda Sarasvati

(suite)

 

Quelle est l’origine de la valeur d’une valeur situationnelle ?

 

Comment se fait-il qu’une valeur individuelle et situationnelle ait le pouvoir de vaincre la moitié obligatoire d’une valeur universelle et de produire alors des sentiments de culpabilité et des divisions en moi-même ? Nous avons vu que l’origine des valeurs éthiques vient de mon désir naturel que les gens me traitent d’une certaine façon, logique qui est alors étendue à l’obligation que j’ai moi-même de traiter les autres de la même manière. Quelle est l’origine d’une valeur situationnelle ? Prenons la valeur de l’argent. Qu’est ce qui donne à l’argent une telle importance à mes yeux pour que je sois prêt à dire un mensonge pour en gagner ? Dans l’exemple que nous avons donné plus haut (où en rendant la vérité plus “ flexible ”, j’obtiens 500 Roupies de plus), qu’est-ce que je gagne qui rend ce mensonge si précieux à mes yeux ? L’argent a-t-il une telle valeur qu’il vaut bien un mensonge ?

 

Je ne peux pas manger de l’argent ni admirer sa beauté ni lui parler ou encore l’utiliser pour m’abriter de la pluie ; l’argent en lui-même n’est pas ce qui m’attire. Mais grâce à l’argent, je peux m’acheter à manger, des vêtements, des choses à regarder. L’argent en lui-même n’a pas de valeur, mais la valeur de l’argent semble provenir de son pouvoir d’acheter. Cependant, si j’échouais sur une île déserte, le pouvoir de l’argent ne me servirait à rien. Il semble donc que ce sont les choses elles-mêmes que l’argent peut acheter qui donnent de la valeur à l’argent, et non son simple pouvoir d’acheter. Pourquoi ces choses ont-elles de l’importance ? Elles ont de la valeur pour moi-même, pour mes plaisirs, ma sécurité, mon confort, ces choses sont importantes pour mon confort.

 

Qu’est-ce qui définit mon “ confort ” ? Est-ce le moi “ avec des objets de confort ” qui est important pour moi ou le moi “ qui se sent confortable ”, à l’aise ? Y-a-t-il une différence entre les deux ? Il y en a une. Parfois, mon estomac peut être confortablement rempli, je ne suis pas sous la pluie, je ne suis pas serré, le radiateur marche et ma chaise est confortable, mais je ne suis pas à l’aise avec moi-même. Ce qui est important à mes yeux ce n’est pas seulement le confort extérieur mais d’être confortable à l’intérieur. J’espère toujours que les objets de conforts supplémentaires que l’argent peut me procurer me rendront plus confortables avec moi-même. J’achète des objets de conforts par amour pour moi, et non par amour pour les objets de confort. Je n’achète pas de chaise en plus parce que les autres chaises de la pièce se sentent seules, j’achète une chaise parce que d’une manière ou d’une autre, je pense qu’avoir une chaise fera que je me sentirai mieux dans mon corps, dans ma fierté de posséder cet objet ou les deux. Les objets de confort ont pour seul but moi-même. Je me choisis des objets de confort pour que je me sente “ moi-même ” bien.

 

Ainsi, quand j’ignore mes valeurs obligatoires, ma valeur pour la véracité et quand je dis un mensonge qui me permettra de gagner de l’argent, cela vient du fait que j’ai conclu que l’argent ajoutera à mon bien-être ; et je ne vois par dans l’exemple considéré ce que je gagnerai à dire la vérité. Cela est vrai pour touts mes autres choix situationnels. Tout ce que je choisis, tout ce à quoi je prête de la valeur résulte du fait que je pense qu’il y a une relation entre cette chose et me sentir bien. L’origine de la valeur d’une valeur situationnelle est dans le bien-être que j’espère obtenir grâce au choix que je ferai sur cette même base.

 

Quand est-ce qu’une valeur n’est pas un objet de choix ?

 

Quand je vois clairement qu’un certain choix me fera souffrir, je ne fais pas ce choix. Puisque je cherche le confort, si je vois que parmi deux possibilités de choix, l’une va me causer de l’inconfort, cette alternative est abandonnée. Mon action devient dépourvue de tout choix. Je n’ai plus aucun choix comme quand il faut que je réponde à la question : “ Veux-tu être heureux ou malheureux ? ” Quand je deviens absolument convaincu qu’agir de façon contraire à une valeur générale me fera souffrir, mon adhésion à cette valeur ne repose donc sur aucun choix. Si dire la vérité est une valeur pour moi et que je suis complètement convaincu que la non-vérité produira de la souffrance, il ne se posera plus d’autre choix pour moi que de dire la vérité. Dire la vérité devient naturel, spontané, ma valeur personnelle et assimilée.

 

Toute valeur, quand elle devient ma valeur personnelle, ne me donne plus aucun choix. Je n’ai même pas à y penser. La conduite initiée par une valeur personnelle devient une action sans réflexion de ma part. Les questions d’hygiène quotidienne sont un bon exemple de valeurs personnelles assimilées : même si j’ai très faim, je n’envisagerai pas de prendre de la nourriture provenant d’une poubelle pour la manger ; je ne me lancerai pas non plus dans un débat quotidien avec moi-même avant de décider si je vais me brosser les dents ou prendre un bain. Me conformer à ces valeurs ne crée aucun conflit de quelque sorte que ce soit en moi-même.

 

Voir la valeur d’une valeur

 

Une valeur, toute valeur, universelle ou situationnelle, est une valeur pour moi quand je vois la valeur de cette valeur comme étant précieuse, importante pour moi. Moi, le moi confortable, est l’origine de mes valeurs. Je ne réussis pas à me conformer à une valeur universelle seulement quand je ne vois pas clairement sa valeur pour moi. Je fais des choix situationnels opportunistes quand je pense que de tels choix feront que je me sentirai bien.

 

Pour revenir aux 500 Roupies que je peux gagner par un petit mensonge, quel est le résultat net de ce mensonge pour moi ? Ce petit mensonge qui s’ajoute à ses camarades dans mon mental pourrait me coûter cher (mon moi confortable). Les objets de conforts supplémentaires que je pourrais m’acheter avec les 500 Roupies acquis grâce au mensonge ne pourraient pas remplir leur fonction à cause de la culpabilité et de la division que je ressentirai. La culpabilité vient du fait que j’ai une demi-valeur pour la vérité qui est suffit à créer un problème en moi quand je l’ignore. La division vient du fait que je sais que je suis dans l’obligation de dire la vérité et que je fais autre chose. Une fois que j’ai de la culpabilité, une fois que je suis divisé, je ne peux plus être bien avec moi-même.

 

Pour que je puisse apprécier les objets de confort, je dois être là pour les apprécier pleinement. Mais quand je suis divisé par la culpabilité, je suis rarement disponible si ce n’est avec mon anxiété, mes regrets et mes sentiments de culpabilité. Ne reconnaissant pas le problème tel qu’il est, je cherche de nouveau d’autres objets de conforts pour rendre supportable le  malaise de mon mental ; ou alors je cherche le moyen de déconnecter ce mental conflictuel et toutes ses culpabilités. C’est ce qui se passe quand je dis un mensonge, j’augmente mon malaise vis à vis de moi-même alors que ce que je m’efforce d’obtenir par ce mensonge c’est d’augmenter mon bien-être. Cela est valable pour tous mes choix  qui entrent en conflit avec une norme universelle éthique. La recherche du bien-être a entraîné le choix conflictuel. Le bien-être obtenu ne peut être apprécié à cause de la culpabilité et de la division entraînées par le conflit. Quand je vois clairement ce fait, je peux voir la valeur, l’importance que cela a pour moi, d’appliquer les normes éthiques universelles à moi-même. Ma demi-valeur pour les valeurs universelles peut devenir alors une valeur entière.

 

Prière :

Bénis cette adoration,

O Seigneur qui Te suffis par Toi même !

Tu es apprécié dans mon cœur,

Que nous réussissions à garder ce que nous avons acquis

Et que nous sommes capables d’acquérir encore plus

Par Ta grâce !

Rig-Veda. 7.86.8

 

09:24 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.