26/03/2006

La demoiselle des planètes édéniques s’exprime

(Note aux lecteurs: dans cette conversation entre Sri Krishna et Srimati Radhika, Radhika n’est pas consciente de parler avec Krishna, car Il est déguisé.)

 

Nous parlons depuis avant-hier du livre de Srila Visvanatha Cakravarti Thakura, Prema Samput. Srimati Radhika a envoyé Visakha-devi chercher de l’huile médicinale afin de pouvoir Elle-même l’appliquer sur la tête de Krishna, déguisé en Syama-sakhi.

 

Srimati Radhika dit: «Cette jeune fille nous trompe. Nous faisons de notre mieux pour trouver la cause de sa tristesse et de son mal-être, mais elle ne dit absolument rien.» Radhika demanda alors à Sa sakhi de prendre de l’eau chaude afin de baigner Syama-sakhi et lui faire un massage. Elle espère ainsi que sa maladie disparaîtra et qu’elle parlera, sourira à nouveau et retrouvera sa joie de vivre.

 

Srimati Radhika continua: «Si cela ne marche pas, j’ai un autre médicament. En l’appliquant sur son corps, toute souffrance corporelle, liée au mental ou aux sens disparaîtra. Ce remède m’a été donné par Dhanvantari.

 

«Je crois que si rasika-sekhara Krishna, le maître ès relations amoureuses, vient et touche le corps de cette jeune fille, elle sera complètement guérie et retrouvera sa joie de vivre. Le contact de Krishna est absolument indescriptible. Assurément, les asta-sattvika bhavas apparaîtront sur son corps et elle retrouvera le sourire.»

 

En entendant les paroles de Srimati Radhika, Sri Krishna esquissa un léger sourire. Mais pour ne pas le montrer, Il pencha la tête et, de Ses doigts très fins et délicats, balaya les boucles de Ses cheveux tombées sur Son front. D’une voix féminine tout à fait charmante, Il Se mit à parler avec Srimati Radhika et les sakhis. Son intonation était si douce qu’elle ressemblait à celle d’un oiseau cakora, ce qui étonna Radhika et les sakhis.

 

Krishna, déguisé en demoiselle des planètes édéniques, dit: «Très jolie Radha, je viens de Svarga (les planètes édéniques). Je suis venue sur la planète Terre parce que j’ai un doute sur un sujet, et à part Toi, je ne vois personne dans tout l’univers qui soit capable de satisfaire pleinement mon désir de le clarifier.»

 

Srimati Radhika répondit: «Ce que tu dis est juste. Tu dois bien être une déesse des planètes édéniques. C’est pour cela que tu es si jolie. Nulle n’égale ta beauté. Nulle ne peut t’être comparée. Tu es si attirante, tel un lotus des planètes édéniques. En réalité, tout ce que nous avons dit auparavant sur ta peine, que ton mari t’a quittée ou que tu l’as laissé, ou encore qu’il ne t’a pas donné assez d’affection, n’était qu’une plaisanterie. S’il te plaît, n’en sois pas offensée. C’est parce que tu nous es si chère et que nous avons beaucoup d’affection pour toi que nous pensons avoir le droit de plaisanter avec toi.»

 

Sri Krishna répondit: «O Radha, Tu m’es en fait vraiment très chère. Tu possèdes toutes les bonnes qualités. Je me sens complètement endettée envers toi. Tu as tant de prema, il semble illimité et si surprenant. Tu possèdes également des qualités illimitées. C’est afin d’obtenir une seule goutte de Ton prema que je suis venue ici pour devenir ta servante.»

C’est à partir de là que commence Prema Samput.

 

Syama-sakhi poursuivit: «O Radha, écoute attentivement. J’ai quitté Svarga pour venir sur cette planète. J’y étais très malheureuse parce qu’un doute est né dans mon cœur et Tu es la seule qui puisse le dissiper. Jusqu’à présent, malgré les paroles pleines de nectar que Tu as proférées, mes doutes et la peine de mon cœur n’ont pu disparaître. La mélodie de la flûte de Krishna atteint même les planètes édéniques.

 

Et bien qu’étant sur les genoux de leurs époux, les demoiselles des planètes édéniques deviennent comme folles en entendant le son de Sa flûte et elles désirent courir vers Lui. Elles deviennent folles non seulement en entendant Sa flûte mais aussi en expérimentant tout ce qui se rapporte à Sa personne, comme Sa forme, Sa voix, Son contact (lorsqu’Il touche Ses chers dévots à Vraja). Tout ce qui se rapporte à Krishna est si attirant que cela peut facilement briser notre attachement pour les choses matérielles.

 

L’une des sakhis de Srimati Radhika dit: «C’est très étrange, il semble que ce nectar soit mélangé à un puissant poison. Il existe un poison du nom de halahala qui fut produit par le barattage de l’océan de lait.

 

Mais comment un poison amer peut-il être du nectar? Ecouter la flûte de Krishna est comme du nectar, mais la souffrance de ne pouvoir Le rencontrer est plus amère que le poison. Tout le nectar de l’univers rassemblé ne peut se comparer à une seule goutte de la douceur de la flûte de Krishna. Et la somme totale de tout le poison et la souffrance de ce monde ne peut être comparée à la peine que nous éprouvons lorsque nous sommes séparées  de Lui.»

 

Sri Krishna continua: «Cette mélodie entre dans les oreilles comme Cupidon lui-même et les demoiselles des planètes édéniques en tombent inconscientes. Elles ressentent une sensation brûlante dans leur corps et leurs maris ne peuvent comprendre d’où vient leur maladie. Ils s’éloignent même d’elles de crainte d’être brûlé par le feu qui les consume.

 

«O Radha, un autre nom pour Svarga est Tri-dashalaya, qui signifie que seules trois étapes de la vie s’y expérimentent: l’enfance, l’adolescence et la jeunesse. Il n’y a pas de vieillesse. Mais lorsque les demoiselles de Svarga entendent la mélodie de la flûte de Krishna, le nom Tri-dashalaya n’a plus lieu d’être. Il n’y existe plus trois âges mais un seul. Tout le monde a le même sentiment et pense: ‘Allons voir Krishna.’ L’attitude de chasteté et de loyauté envers leur mari est complètement anéantie, car toutes sont fascinées par le son de Sa flûte.

 

«Je me demandais d’où venait cette mélodie et qui la jouait. J’en ai donc suivi le son depuis les planètes édéniques jusqu’à la terre. Lorsque je suis arrivée ici, je suis restée quelques jours à Vamsi-vata, où Krishna accomplissait Sa rasa-lila. Et là, de loin, je vous voyais, dansant avec Lui. C’est comme ça que j’en suis venue à vous connaître toutes, Visakha, Lalita, Campakalata, etc.»

 

Srimati Radhika Se mit à rire et dit: «Tu es très fortunée, c’est pour cela que tu nous es très chère. A l’aide du glaive de ton désir de rencontrer Sri Krishna, tu t’es coupée de tout autre désir. Tu es la plus fortunée de toutes les jeunes filles des planètes édéniques. Pour atteindre Krishna, il faut avoir le désir ardent de Le rencontrer. Une fois que ce désir pénètre dans le cœur, on ne peut plus être apaisé par quoi que ce soit d’autre.

 

Cette peine constante sous la forme du désir de rencontrer Krishna se nomme sumana, une disposition mentale de bon augure, mais lorsque nous nous évanouissons, cette qualité de sumana est perdue. Nous ne pouvons alors aller retrouver Krishna, mais tu es la plus fortunée puisque tu as pu transcender tout cela et Le rencontrer.»

 

A ces mots, Krishna esquissa un sourire et dit: «O Radha, les autres femmes ne peuvent T’égaler. Moi non plus d’ailleurs, car je ne suis pas très attirée par Krishna. Qui plus est, j’ai pu Le voir, mais Il ne m’a pas vue;  je ne peux Le regarder que de loin.»

 

Srimati Radharani dit: «Toi seule as vu Krishna, c’est la preuve que tu es attirée vers Lui. Il n’est pas un amant pour toi, mais plutôt ton bien-aimé attitré. Tu l’as vu et a réalisé Ses divertissements, aussi es-tu très fortunée. Pour cela, nous ne pouvons plaisanter avec toi. Je ne peux te mentir. Laksmi, qui apparut du barattage de l’océan de lait, et Parvati, l’épouse de Siva, ne t’égalent en aucune manière. Nous ne pouvons donc te mentir. Tu es réellement attirée vers Krishna.

 

«Tu as pu contempler la beauté de Krishna, alors quelle peut être la nécessité d’un mari ou d’un autre homme que Lui? Dis-Moi, s’il te plaît, quel est l’objet de ton doute? Pour quelle raison es-tu venue ici? J’ai plaisanté avec toi pendant un moment. Présente-moi maintenant ta requête.»

 

Krishna répondit: «O Radha, qui peut Te surpasser dans l’humour et qui pourrait d’ailleurs T’empêcher de plaisanter?»

Lorsque Srimati Radhika L’emporte sur Krishna dans l’humour, toutes les sakhis frappent dans leurs mains et chantent: «Jaya Sri Radhe!» 

Krishna reprit: «Malgré Ta forme humaine, toutes les demoiselles des planètes édéniques se prosternent et T’offrent leurs hommages.» 

Srimati Radhika n’est pas un être humain. Elle est l’énergie de félicité (hladini sakti) du Seigneur Sri Krishna, et Elle manifeste une apparence humaine afin de servir les divertissements de Krishna sous forme humaine.

 

Krishna continua: «O Radha, ne sois pas timide. Même Laksmi, Parvati et le joyau d’entre les femmes chastes, Arundhati, ont été vaincues par l’océan de Tes qualités de chasteté et Tes activités enjouées. Elles espèrent acquérir une goutte de Tes qualités. S’il n’est pas même possible pour les jeunes filles des planètes édéniques d’obtenir Tes qualités, que dire des femmes de ce monde!»

 

                                          Source : forum Krsna Bhakti dasi

13:35 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.