31/01/2006

De la critique

Hilo, Hawaï, 7 février 2005

 

Un jour, Srila Prabhupada Bhaktisiddhanta Sarasvati Thakura envoya des dévots prêcher au Bengale. Ils désirèrent bientôt y établir un centre et interrogèrent Srila Prabhupada Sarasvati Thakura à ce propos, ce à quoi il répondit: «J’en serai très heureux et lorsque vous serez prêt, j'y viendrai avec de nombreux dévots.» Ils se mirent au travail jour et nuit pour l’équiper de toutes les commodités afin que Srila Prabhupada soit satisfait. Ils y construisirent un temple et les divinités n’attendaient que Srila Prabhupada pour être installées. 

 

Srila Prabhupada arriva au temple à midi et regarda ce qui avait été agencé. Il semblait satisfait. Puis il demanda: «Où est le brahmacari qui est venu ici le premier et qui a travaillé si dur.» Ils lui dirent: «Maître, ce dévot était un très bon brahmacari, et pourtant il est parti avec une femme. Nous l'avons réprimandé avec force pour son comportement, et il a quitté le centre.» 

 

Srila Prabhupada déclara alors: «Je n’établirai pas de centre de prédication ici et je n’installerai pas de murtis. Sachez que dans ce monde nous dépensons des centaines de litres de sang spirituel pour extraire une seule personne des griffes de maya, et si elle commet une erreur, cette dernière sera naturellement balayée par son service à Hari, au guru et aux vaisnavas. Vous avez châtié ce dévot et il est parti. Je ne veux pas faire de centre ici. Trouvez-le et ramenez-le, autrement je m'en vais.»

 

Tous les disciples étaient très inquiets. Ils commencèrent à chercher partout ce brahmacari. Sripada Madhava Maharaja, qui à cette période s'appelait encore Hayagriva Dasa Brahmacari, parvint à découvrir son lieu de résidence. Il s’excusa auprès de lui: «S'il te plaît, accepte mes excuses. Srila Prabhupada est très mécontent de nous. Je t’en prie, reviens.»

 

Le dévot se mit à pleurer: «Prabhupada est si miséricordieux. J’ai continué à servir même ici, mais je n'étais pas vraiment heureux. Je voulais revenir, mais je pensais: ‘Comment pourrais-je montrer mon visage à présent?’ C’est pourquoi je ne suis pas revenu. Mais Srila Prabhupada m'appelle. Quelle miséricorde il a! Il en a plus que le Seigneur Krishna.» Il partit en pleurant en direction du centre. Il tomba aux pieds de lotus de son Guru Maharaja et toutes les choses indésirables de son cœur (anarthas) disparurent en un instant. 

 

Ne critiquez personne: ni un dévot, ni une personne ordinaire. Le Srimad-Bhagavatam (11.28.1-2) stipule: 

 

sri-bhagavan uvaca
para-svabhava-karmani
na prasamsen na garhayet
visvam ekamakam pasyan
prakrtya purusena ca

 

«Dieu, la  Personne Suprême dit: ‘On ne doit ni louer, ni critiquer la nature conditionnée et les activités d'autrui. On doit plutôt voir ce monde comme une simple combinaison de la nature matérielle et des âmes qui s'en réjouissent, tout cela ayant pour support la Vérité Absolue’.» 

 

para-svabhava-karmani
yah prasamsati nindati
sa asu bhrasyate svarthad
asaty abhinivesatah

 

«Quiconque loue ou critique les qualités et le comportement d'autrui nuira à son intérêt propre, le meilleur soit-il, en s'enchevêtrant dans les dualités illusoires de ce monde.» 

 

Ne parlez pas des qualités des matérialistes, qu'ils agissent correctement ou pas, sinon toutes leurs mauvaises activités entreront en vous et votre vie sera gâchée. Extraire une personne des griffes de maya est extrêmement difficile. Le désir de satisfaire ses sens et tout autre attachement présent dans son cœur disparaîtront très bientôt si elle chante les saints noms, se souvient de Krishna et écoute hari-katha (les gloires de Hari énoncées par un pur dévot). Soyez très prudents. Ne critiquez personne, dévot ou autre. En premier lieu, regardez votre propre condition et essayez de vous purifier. Le désir de satisfaire vos sens est-il présent en vous? Souciez-vous plutôt de cela et ne vous en faites pas pour les autres. Sri Guru et le Seigneur Sri Krishna sont responsables d’eux. Vous ne pouvez rien faire pour les aider, donc vous n'avez aucun droit de les critiquer. Les Ecritures stipulent: 

 

nasta-prayesu abhadresu
nityam bhagavata-sevaya
bhagavaty uttama-sloke
bhaktir bhavati naisthiki

 

«Par l’écoute assidue du Srimad-Bhagavatam, comme par le service offert au pur dévot, tout obstacle dans le cœur devient pratiquement néant et le service d'amour offert à Dieu, qu’on glorifie par des hymnes sublimes, est établi comme un fait irrévocable.» (Srimad-Bhagavatam 1.2.18) 

 

Que signifie anisthita-bhakti (la bhakti instable)?

 

Srila Narayana Maharaja demande à Sripada Madhava Maharaja d’expliquer les six sortes d'anisthita-bhakti. Pour gagner de la place, nous joignons ici l'explication donnée dans le Madhurya Kadambini (voir note de fin 1).  

 

Ecoutez attentivement. Gardez cette explication dans votre cœur et essayez de l’appliquer. Une fois cette étape franchie, il n'y a plus d'offense (aparadha), ni de faiblesse de cœur (hrdaya-durbalya), aucune soif pour le plaisir temporaire (asat-trsna) et aucune fausse conception au sujet de la philosophie et de son application pratique (svarupa-brahma). Cependant, quelques autres anarthas subsistent, tels que laya, viksepa, apratipatti, kasaya, rasavada, etc. (voir note de fin 2). Nous expliquerons progressivement ces sujets. Nous devrons parcourir de nombreuses étapes. Prema n'est pas facile à atteindre, et tout particulièrement vraja-gopi-bhava. Cela peut prendre des milliers de vies. Maintenant, vous avez la possibilité d’arriver à l'étape où vous pouvez écouter hari-katha. Si vous manquez cette occasion, tout sera perdu. En revanche, si vous suivez le processus, tous les anarthas disparaîtront peu à peu.
Le Srimad-Bhagavatam déclare: 

 

katha imas te kathita mahiyasam
vitaya lokesu yasah pareyusam
vijnana-vairagya-vivaksaya vibho

vaco vibhutir na tu paramarthyam


«Sukadeva Gosvami dit: ‘O puissant Pariksit, je t'ai fait le récit de tous ces grands rois dont la célébrité a gagné dans le monde entier et qui s'en sont allés. Mon vrai but est d'enseigner la connaissance transcendantale et le renoncement. Les histoires de rois prêtent pouvoir et opulence à ces récits, mais elles ne constituent pas en elles-mêmes l'aspect ultime de la connaissance.» (Srimad-Bhagavatam 12.3.14)

 

Srila Bhaktivinoda Thakura a expliqué dans son Srimad Bhagavatarka-marici-mala que tous ces puissants rois, comme Puru, Uttanapada, son frère Priyavrata et d'autres, n'ont laissé que des cendres. Srila Sukadeva Gosvami a dit: «Pourquoi ai-je raconté les histoires de ces rois dans le Srimad-Bhagavatam? Ces récits ne constituent pas en eux-mêmes l'aspect ultime de la connaissance transcendantale. Que nous enseignent-ils alors? Vairagya-vivaksaya, le renoncement tout en conservant le désir d’enseigner ce renoncement. Que sont devenus tous ces rois? Ils n’étaient pas heureux. Sri Narada raconta l'histoire allégorique du roi Puranjana au roi Pracinabarhi. Puranjana n'était pas satisfait; il avait pourtant femme, enfants et royaume. Mais il avait vécu dans l’illusion. 

 

Vous devez réaliser ces enseignements du Bhagavatam, ainsi, le détachement de la satisfaction des sens matériels entrera dans votre cœur. Si vous écoutez hari-katha, chantez les saints noms et exécutez toutes les activités dévotionnelles, le renoncement doit automatiquement apparaître. 

Nous devons écouter tous ces sujets, tels que les histoires des grands rois mentionnés ci-dessus, dans cet unique but. Ensuite, nous pourrons écouter le dixième chant du Srimad-Bhagavatam avec ses doux divertissements du Seigneur Sri Krishna. Tout d'abord, construisez les fondations, puis vous pourrez écouter les gloires des divertissements du Seigneur (lila-katha). Nous essaierons d'expliquer ces gloires du dixième chant durant les trois prochains jours. Nous avons parlé de l'élimination des choses indésirables (anartha-nivritti), et demain nous essaierons d’aborder les divertissements du Seigneur Krishna. Gaura Premanande!

 

Note de fin 1 - La bhakti instable (anisthita-bhakti), comme expliqué dans le Madhurya Kadambini de Srila Visvanatha Cakravarti Thakura comporte:

1) Utsaha-mayi: l'enthousiasme exacerbé. Un jeune enfant brahmana venant juste de commencer ses études pense qu'il est déjà devenu un érudit digne de l'éloge de tous. De même, une personne entamant le service de dévotion peut avoir l'audace de croire qu’elle a tout compris.

2) Ghana-tarala: littéralement, concentré-dilué ou épais-fluide. Le même enfant se montre parfois très assidu dans ses études et d'autres fois négligeant à cause de son incapacité à comprendre les livres scolaires ou par manque de goût véritable. Ainsi, un dévot néophyte s’appliquera parfois à pratiquer les différentes formes de service dévotionnel et d’autres fois manquera d’assiduité. 

3) Vyudha-vikalpa: la spéculation intense. «Devrais-je passer mon existence à me réjouir des joies de la vie de famille, rendant ma femme et mes enfants conscients de Krishna tout en adorant le Seigneur, ou devrais-je plutôt tout abandonner et me rendre à Vrindavana pour m’engager à plein temps dans l'écoute et le chant des saints noms, sans la moindre distraction? Attendrai-je jusqu'au dernier moment, après avoir expérimenté toutes les sortes de plaisirs et finalement compris que ce monde matériel tout entier n’est qu’un brasier ardent rempli de souffrances, ou vaut-il mieux que je renonce à ce monde dès maintenant?» L'esprit passe ainsi son temps à osciller entre la vie de renoncement et la vie de famille en considérant les différentes options.

4) Visaya-sangara: la lutte contre le plaisir des sens. Constatant que les plaisirs matériels nuisent à sa détermination à servir Krishna, le dévot décide de renoncer à ses penchants et prend refuge du saint nom. Cependant, malgré ses tentatives répétées, les habitudes du passé le font souvent savourer ce à quoi il s’efforce de renoncer. Il rencontre tantôt la victoire et tantôt la défaite.

5) Niyamaksama: l’incapacité à suivre des règles, à être fidèle à ses vœux et à s’améliorer dans son service de dévotion. Le dévot prend des résolutions: «A partir d'aujourd'hui, je chanterai un certain nombre de tours de chapelet et j'offrirai un grand nombre d'hommages aux vaisnavas. J'accomplirai aussi divers services pour les dévots. Je ne parlerai de rien d’autre que de ce qui a un rapport avec le Seigneur, et j'abandonnerai la compagnie des gens bavards qui discutent de tout et de rien.» Bien que le dévot prenne de telles résolutions quotidiennement, il n'est pas toujours capable de les suivre. 

6) Taranga-rangini: les petites vagues (taranga) de la complaisance (ranga, plaisir) dans l’océan de la bhakti, ou en d’autres termes, se réjouir des facilités matérielles. La nature même de la bhakti étant d'être fascinante, beaucoup de gens sont attirés par le dévot. Et comme dit le vieil adage: «Par la popularité, on s’enrichit.» La bhakti produit beaucoup d'occasions de gain matériel, de renommée et une position entraînant la gloire, l'adoration et l’orgueil (labha, puja, pratistha). Ce sont autant de mauvaises herbes autour de la plante grimpante de la bhakti. (Madhurya Kadambini, 2003, pp.15-18, traduction de Vrindavana-bihari Dasa et Jayanta-krishna Dasa) 

 

Note de fin 2 - (extrait du Madhurya Kadambini de Srila Visvanatha Cakravarti Thakura)

Laya est la tendance à s’endormir pendant le kirtana (chant à voix haute), sravana (l'écoute), smarana (le souvenir) et japa, la récitation des saints noms sur le chapelet.

Viksepa est la distraction par des sujets matériels durant l'accomplissement du service dévotionnel (ex: bavarder pendant le japa).

Apratipatti fait référence à l'incapacité occasionnelle d'absorber son esprit dans les kirtanas et les autres services malgré l'absence de laya ou viksepa.

Kasaya est relatif à la tendance innée aux qualités comme la colère, l'avidité et la fierté.

Rasasvada concerne l'incapacité à absorber son esprit dans le kirtana et les autres services si l’on reçoit une quelconque stimulation des sens matériels.

La bhakti fermement établie (nisthita-bhakti) apparaît en l'absence de ces fautes. 

 

Forum Krsna Bhakti dasi

07:02 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.