06/01/2006

Satsang du 31 décembre 2005

PENSEE DU JOUR :

 

Aimer Dieu

Par la dévotion, nous propageons la plante de Dieu, et par la spiritualité, nous apprenons à jouir de ses fruits ! Il y a d’innombrables satisfactions à répéter le saint Nom.

Dieu a planté dans tous les cœurs le désir de L’adorer. Il a mis dans tous les esprits le besoin d’un guide spirituel. Le maître spirituel montre au disciple comment chaque attitude négative doit être éliminée pour que son cœur soit pur ! Alors le cœur pourra satisfaire ses désirs !Les cérémonies religieuses ne sont pas des vraies adorations. Bien au contraire, bien souvent, elles font apparaître la fierté qui est un obstacle à l’adoration. Les rituels élaborés sont comme la poussière dont l’éléphant s’enduit la tête après son bain !Soyez fiers seulement dans l’obtention de l’approbation de Dieu. Il approuve un cœur humble et vrai !

Ramdas : Gauri ki War

 

 

Maturité émotionnelle

(suite)

Swami Dayananda Sarasvati

Le Créateur et le Matériau sont Un     

La question de savoir où est Dieu ne peut être résolue à moins d’aborder ce problème du point de vue des Veda. Si nous nous interrogeons sur la création et sur sa cause, nous ne devrions pas nous limiter à une partie de la question mais nous devrions envisager l’ensemble du problème. Nous ne pouvons pas obtenir de bonnes réponses si nous posons les mauvaises questions, car la réponse obtenue est toujours en rapport avec la question, et donc si nous posons bien le problème, la réponse que nous obtiendrons sera satisfaisante.

 

Quand nous réfléchissons à la nature de la cause de la création, nous découvons que deux causes sont nécessaires à toute création : le créateur et le matériau. Le créateur, celui qui est responsable de la création, est appelé la cause efficiente ou nimitta karana. Et il faut aussi une substance, un matériau à partir duquel tout peut être créé. Pour la création d’un pot, par exemple, il faut un potier, la cause efficiente, et aussi un matériau, comme de l’argile, du cuivre ou du laiton, à partir duquel le pot est fabriqué. Pour obtenir du pain, il faut un boulanger et aussi de la farine à partir de laquelle le pain peut être cuit. Par rapport à la création de l’univers, si Ishwara, Dieu est le créateur, la cause efficiente, la question est : quel est le matériau à partir duquel Dieu a créé le monde ? Quand nous nous interrogeons sur la nature de la cause de la création, nous devons également prendre en compte le matériau ou la substance de la création.

 

Où Dieu a-t-il trouvé le matériau nécessaire à la création ? Ici, il faut garder à l’esprit que le temps et l’espace font tous deux partie de la création ; donc, avant la création, il n’y a rien en dehors de la création, car “en dehors” est un concept lié à l’espace qui n’est pas encore créé. Par conséquent, il n’y a rien en dehors de Dieu avant la création et donc le matériau devrait être “à l’intérieur”, “avec” Dieu. C’est pourquoi Il est appelé Dieu. Non seulement Dieu est le créateur, mais Il est également le matériau de la création. “Tasmadva atasmadatmana akasah sambhutah 1- de ce Dieu qui est ce soi est né l’espace. De l’espace est né l’air ; de l’air est né le feu, du feu, l’eau ; de l’eau est née la terre !” Les Vedas nous présentent un modèle de la création du monde avec cinq éléments : le monde n’est constitué que de ces cinq éléments et de leur combinaison.

 

Pour expliquer de quelle manière le créateur et le matériau de cet univers ne forment qu’un, les Veda nous donnent l’exemple de l’araignée : Yathornanabhih srjate grhnate ca 2, “tout comme l’araignée crée (la toile) et la rétracte aussi…”. L’araignée est la cause efficiente de la toile car elle possède l’intelligence et l’habileté nécessaire à la création de la toile. Elle choisit l’emplacement approprié pour sa toile, où cette dernière ne sera pas nettoyée par la maîtresse de maison et où elle pourra piéger ses proies. Cela est le signe que l’araignée a une certaine intelligence. Et le matériau de la toile est le produit de la sécrétion d’une glande, qui se trouve en elle-même. De la même façon, le Seigneur projette cette création et la réabsorbe en Lui-même au moment de sa dissolution.

 

Le rêve est un autre modèle, encore meilleur, pour expliquer la création du monde, dans lequel Dieu est à la fois le créateur et le matériau, la substance de la création. En rêve, vous créez un monde uniquement par sankalpa, la pensée. Vous pensez à une montagne, la montagne est. Vous pensez à n’importe quelle chose, cette chose est. Vous connaissez déjà l’objet que vous créez en rêve, parce que vous ne pouvez pas rêver de quelque chose qui soit totalement inconnue de vous. Il est vrai que certains éléments peuvent se trouver enchevêtrés ou confondus ; par exemple, vous pouvez créer un homme avec des cornes dans votre rêve. Mais  même dans ce cas, l’homme et les cornes sont tous deux connus de vous ; d’une certaine manière, ils se dont trouvés entremêlés et le résultat de l’opération est cet homme avec des cornes. Vous êtes bien le créateur du monde du rêve dont vous possédez la connaissance. Mais d’où tenez vous le matériau des objets du rêve ? Vous êtes le matériau, la substance du rêve. Ainsi, vous êtes à la fois le créateur et le matériau de la création du rêve. Vous créez une montagne qui est une merveille, le ciel et les étoiles, et il y a de nombreuses personnes debout sur la terre, qui regardent ces étoiles et se posent des questions au sujet de celui qui a créé ce monde rempli de prodiges.  Ils font tous l’éloge de la création, certains écrivent des poèmes. Pendant tout ce temps, vous êtes le créateur, Ishwara de cette création. Et personne à l’intérieur de votre monde du rêve ne sait qui vous êtes !

 

Maintenant, qu’est-ce qui était là avant la création du rêve ? Vous ne pouvez pas dire qu’il n’y avait rien, que la non-existence était avant la création du rêve. Vous étiez bien là, bien présent. Vous étiez en train de dormir avant le rêve. Du sommeil profond, vous êtes entrés dans le rêve qui est un état de veille partiel. Vous étiez donc là avant le rêve. C’est vrai qu’il n’y avait ni temps, ni espace, ni objet, ni événement avant la création du monde du rêve, car rien de tout cela n’existe dans le sommeil profond. Mais vous étiez absolument présent. Ainsi, le soi était là avant la création.

 

De la même façon, pour le monde empirique, Dieu est à la fois le créateur et le matériau de cet univers. C’est là une vision mûre, aboutie de Dieu, du Seigneur.

 

Si Dieu est à la fois le créateur et le matériau de cet univers, dites-moi, s’il vous plaît, quelle est la distance entre le Seigneur et la création ? Quelqu’un peut-il calculer une distance entre un objet et la substance, le matériau dont il est fait ? Quelle est la distance entre la chemise que vous portez et le tissu dont il est fait ? Pouvez vous imaginer une chemise sans tissu ou sans matière ou sans substance ? Il n’a aucun objet sans matériau. A l’endroit même où se trouve l’objet, se trouver nécessairement le matériau. Il n’est pas nécessaire que le produit soit où se trouve le matériau, mais le matériau est nécessairement où le produit est. Une création ne peut jamais être séparée de sa cause matérielle.

 

Maintenant, si l’espace fait partie de la création, l’espace ne peut être séparé du matériau. Et Dieu est le matériau qui constitue cet univers. Dans ce cas, qu’est-ce que l’espace ? Dieu. Le temps aussi est Dieu. L’air, l’eau, le feu, la terre, sont Dieu. Le soleil, la lune, les planètes, sont Dieu. Le Paradis, tous les mondes d’en haut et d’en bas, sont Dieu. Et ce corps physique qui est constitué des cinq éléments est Dieu, lui aussi. La respiration est Dieu, les organes des sens sont Dieu, le mental est Dieu et la conscience derrière le corps, les sens, etc… est aussi Dieu.

 

Mais alors où êtes-vous ? Vous avez posé la question : où est Dieu ?

 

Je vous demande : où êtes-vous ? Quand vous avez posé la question de savoir où se trouve Dieu, vous avez supposé au préalable qu’Il n’est pas ici. Mais pouvez-vous démontrer que vous existez indépendamment de tout ? Le monde physique inclut votre corps et si le monde est Dieu, votre corps est aussi Dieu. Dans ce cas, où êtes-vous en tant qu’entité séparée ?

 

 

PRIERE :

Moi, le fidèle,

Je me tiens au milieu

Des eaux profondes ;

Et pourtant, j’ai soif !

O Seigneur de béatitude,

Aie pitié !

Apaise ma soif

Et accorde-moi la satisfaction

Et le contentement !

Rg.7.89.4


1 Taittriyopanisad II,i,1

2 Mundakopanisad I,i,7



20:00 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.