04/01/2006

Cavadee à Maurice

Ils souffrent pour purifier leur âmes et leur corps. Ils offrent leur douleur au Dieu Muruga en signe de rédemption.

Le Cavadee est l'une des principales fêtes du calendrier tamoul à Maurice. La fête, haute en couleurs, est précédée de dix jours de jeûne et de prières.

L'origine du Cavadee remonte à la nuit des temps. Selon la légende, le sage Agattiyâr demanda à Idumban de lui ramener les deux cimes du mont Kaïlash. Accompagné de sa femme, Idumban se rendit à la montagne et attacha les deux cimes aux extrémités d'une palanche. Puis, il revint. À cause de cet exploit, le dieu voulait le récompenser pour sa foi et sa force spirituelle mais la rencontre tourna mal et Idumban perdit la vie. Toutefois, grâce aux prières de ses proches, le dieu fut apaisé et le ressuscita. Le dieu déclara ensuite que tout ceux qui, comme Idumban, porteraient le Cavadee jusqu'à son temple, seront recompensés et obtiendront sa grâce. Cette légende nous montre à quel point le chemin de la spiritualité est ardu.

À l'ile Maurice, le Cavadee est célébré soit en janvier soit en février ceci dépendant du calendrier lunaire tamoul. La célébration commence par la mise en terre d'un «naktal» à côté du temple. Ceci signifie qu'on entre dans un moment sacré. Pendant ce temps, la statue du dieu Muruga est montré au public dans son «pandel». Dans les jours qui suivent, ont lieu des rituels tels les purifications répétées, la levée du drapeau, l'attache du cordon safrané aux poignets des fidèles, à celui du prêtre ainsi qu'aux statuettes représentant les dieux et aux diverss objets du culte.On confectionera quarante-deux «koumbam», chacun entouré d'une étoffe aux couleur de la divinité représentée et on les installera de façon à dessiner un «lingam». Puis, le prêtre fera une «puja» pour chaque «koumbam» mais il apportera une attention particulière au «koumbam» de Muruga en récitant 1008 mantras. Le prêtre procédera ensuite à l'ouverture du troisième oeil en applicant un «pottu».

La statue de Muruga et celles de ses deux épouses mortelles seront circulées chaque jour autour du temple cependant que des noix de coco, de l'eau safranée ainsi que la lumière sont offertes.

Le dixième jour est certainement le moment culminant du Cavadee. À côté de l'eau purificatrice de l'océan ou de la rivière, le corps des pénitents sont implantés par un nombre exacte d'aiguilles. Ces implantations symbolisent le voeu de silence ainsi que la victoire du bien sur le mal. Il est aussi dit que l'action des rayons solaires sur les aiguilles d'argent ont une action bénéfique pour le corps humain.

Les pénitents, pieds nus sur l'asphalte et chargés de leur Cavadee se dirigent ensuite vers le temple. Pendant cette imposante procession, des offrandes à Muruga sont faites par des fidèles placés à chaque côté de la route.

Ces offrandes serviront pour le dernier rituel où des lampes allumées sont présentées au dieu. Tout le monde est content. Certains ont réalisés leur promesse, d'autres ont reçu un peu de la bénédiction divine.

Le lendemain, le cycle du Cavadee est achevé quand le drapeau est redescendu et Idumban est honoré.

 

Source : http://pages.intnet.mu/rochecouste/sylviane/Cavadee/

Image : le Dieu Muruga

 


20:20 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.