14/08/2005

Swami Prabhupâda

Swami Prabhupâda est né en 1896 à Calcutta dans une famille de pieux brahmanes vishnouites du Bengale, c'est à dire dans la tradition de Shrî Chaïtanya Mahaprabhu. En 1922 il rencontre celui qui deviendra son maître spirituel, swami Bhaktisidhanta qui voit en lui le prédicateur de la Conscience de Krishna pour les pays occidentaux. En 1932 il devient le disciple de swami Bhaktisidhanta puis il quitte son foyer pour se consacrer à la prédication. En 1959 il prend l'ordre du renoncement le sanyasa et il écrit le commentaire de la Bhagavad-Gita et commence la traduction du Srimad Bhagavatam.

En 1966 agé de 70 ans pour accomplir sa promesse envers son maître spirituel, il débarque d'un cargo à New York  avec seulement quelques roupies en poches. Il est seul, ne connait personne et s'en remet entièrement à Krishna. Il compose à cet effet un petit poême. Herbergé dans un centre de yoga, il consacre son temps à chanter le Maha mantra dans les parcs de la ville et bien vite des jeunes hyppies intrigués ne tardent pas à se joindre à lui. Il faut immaginer le premier hiver qu'il passa dans l'inconfort et le dénuement le plus total. Cependant l'année suivante c'est le fameux summer of love, et en compagnie de ses premiers disciples il se rend à Los Angeles, il chante le maha mantra lors d'un festival et trés vite, des jeunes et moins jeunes accourent pour se faire initier. Un groupe de disciples de plus en plus important l'accompagne dorénavant et le prend en charge.

Trés vite, le mouvement se propage dans d'autres villes d'Amérique du nord puis arrive en Grande-Bretagne ou il trouve un fameux sympatisant en la personne de Georges Harrisson et des Beatles. De là le mouvement se développe rapidement, des fonds sont récoltés et des temples sont construits dont certains somptueux. Le swami veut aller vite, il prend la grave responsabilité d'initier les plus anciens de ses jeunes disciples au sanyasa avant de revenir en Inde pour la première fois accompagné de disciples américains pour la plupart. L'accueil de ses frères spirituels est pour le moins réservé, on n'accepte mal l'initiation d'étrangers en qualité de brahmanes et de sanyasas, cela ne s'est jamais vu. Mais swami Prabhupâda poursuit son but, et le premier temple du mouvement ISCKON est inauguré sur la terre sainte de Vrindavân, puis d'autres temples sont construits à Bombay, à Mayapura, lieux de naissance de Shrî Chaitanya Mahaprabhu.  En dix ans le mouvement est présent dans plus de 80 pays.  

Swami prabhupâda entre en maha samadhi, il quitte son corps en 1977 dans son temple de Vrindavân entourés de ses fidèles disciples occidentaux le chant des Saints Noms de Krishna sur les lèvres. Auparavant il avait désigné 12 disciples pour prendre sa succession à la tête de ce qu'il faut bien appeler une énorme entreprise tant sur le plan spirituel que matériel.

Mais ce qui risquait d'arriver ne manqua pas d'arriver. Durant les années 80, certains responsables peut être mal préparés pour de telles responsabilités, dévieront de la voie pure tracée par Swami Prabhupâda. De plus des personnes pas toujours bien intentionnées profiteront parfois du mouvement et des affaires louches feront ici et là la une des journaux. Le mouvement n'avait pas besoin de ça, car déjà en dehors du contexte de l'Inde, les dévots ne manquaient pas de se faire remarquer par leur apparence. Dans certains pays comme la France c'est la dispersion des fidèles alors qu'il résiste mieux dans d'autres pays. 

Plus récemment on assiste à une renaissance. Le mouvement est trés présent dans les ex pays soviétiques. En Inde, les frères spirituels du Swami sont revenus sur leur jugement et ont finalement reconnu sa grande oeuvre de prédication. Une association regroupant divers branches voisines dans la tradition de Chaitanya a vu le jour. Il s'agit de la World Vaisnava Association (WVA) qui tente de nouer des contacts avec les autres sampradayas. 

Du point de vue doctrinal, le mouvement suit fidèlement l'enseignement mis en place par les successeurs de Shrî Chaîtanya Mahaprabhu, les Goswamis de Vrindavân et en particulier Rupa et Sanatana.  (voir à Shrî Chaïtanya)

Par contre l'Isckon a suscité de nombreuses controverses parmi les autres sampradayas. Parmi les reproches les plus couramment adressés par les brahmanes orthodoxes on note : - le mouvement n'est pas hindouiste par rapport à l'initiation de swamis occidentaux. - il n'est pas reconnu comme appartenant à la Brahma sampradaya  - on reproche également au mouvement de prendre comme unique fondement des écritures telles que le Srimad Bhagavatam qui ne sont pas considérées comme canoniques et d'en négliger d'autres - et enfin Shrî Chaïtanya Mahaprabhu n'est pas reconnu comme Avatar de Radhâ-Krishna par les autres groupes tels les Madhvas qui font remarquer à juste titre qu'il n'y a pas d'Avatar prévu par les écritures avant la fin du Kali yuga.   

Néanmoins c'est le seul mouvement à ce jour à avoir fait connaître la Conscience de Krishna telle qu'elle est enseignée dans la filiation de Shrî Chaïtanya, appelée aussi Gaudya Vaisnava ou Vishnouisme du Bengale et nous sommes redevable à Swami Prabhupada de la traduction de la Bhagavad-Gita telle qu'elle est, et surtout de la traduction de l'oeuvre immense qu'est le Srimad Bhagavatam.

Extrait du groupe msn Vishnouisme



09:04 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.