28/07/2005

Hanuman retrouve Sita partie 2

Sita plongée dans une profonde tristesse, pleurait comme une petite fille abandonnée dans la forêt.

"Comment puis-je endurer tant de souffrance ? La mort ne vient qu'à son heure, dit-on, pourquoi ne vient-elle pas me chercher ?

 

"Est-ce mon orgeuil qui m'a fait suivre Râma dans son exil ? et ma futilité qui m'a fait désirer cette biche dorée ? Ô mes princes ! dans quelle aventure vous-ai je entraîner? "

 

" C'est en vain que j'ai pratiqué la vertu et suivi le chemin de la droiture, c'est en vain que ma dévotion a été exclusivement tournée vers mon époux. Cela nous a conduit à la misère et au malheur, et maintenant, comment trouverai-je ici un poison ou une arme pour mettre fin à mes jours ? "

 

Desespérée,  elle se prit la tête dans les mains et ses doigts rencontrèrent le lien qui retenait sa chevelure. Elle le dénoua, le passa autour de son cou et chercha une branche ou le fixer.

 Toujours perché sur son arbre, Hanuman avait entendu les lamentations de Sita. Il sentait qu'il fallait agir vite, mais se trouvait devant un dilemme : " Si la princesse ne reprend pas espoir, se disait-il , elle va mettre fin à ses jours. Je dois la réconforter avant de retourner auprès de Râma. Chaque minute compte, à tout instant elle peut se donner la mort. Mais quelle sera sa réaction en voyant un singe parler ? Elle poussera des cris d'effroi qui ameuteront ses gardiennes. Il ne faut surtout pas tout gâcher par maladresse. Comment faire pour qu'elle m'écoute sans être perturbée ? 

 

Pour me faire comprendre d'elle je dois utiliser un langage humain. Or si je m'exprime en sanskrit, elle pensera que Ravana s'est déguisé en singe pour se jouer d'elle une fois de plus. Non, je dois parler la langue d'Ayodhya : cela lui rappelera son époux et la mettra dans un climat de confiance.

 

Immobile sur sa branche, il émit un son doux et mélodieux. Et ce son vibra comme un hymne : " Il y avait un roi du nom de Dasharatha dans la cité des enfants du soleil, disait le chant d'Hanuman. Son royaume était splendide et prospère et son peuple était heureux. Le fils favori du roi, réputé pour son courage, sa force et sa beauté, répondait au nom de Râma..."

 

Le coeur de Sita fut soudain envahi de lumière et la détresse fit place à un bonheur profond ; elle ferma les yeux et se laissa bercer par la voix mélodieuse qui parlait de son bien-aimé.

 

Hanuman continuait son récit. Il parla de l'exil dans la forêt, de la guerre contre les orques, de la ruse du démon déguisé en biche, de l'enlèvement de la princesse. Il dit la souffrance de Râma et répéta les paroles du vautour Jatayu. 

 

"Alors qu'il cherchait sa vertueuse épouse, chantait Hanuman, Râma rencontra un singe du nom de Sougriva et en fit son ami. Sougriva, le roi des singes, envoya ses armées dans toutes les directions pour retrouver Sita. Un des guerriers devait être assez puissant pour bondir par delà les mers jusqu'à l'ile de Lanka. Je suis ce guerrier. Mon nom est Hanuman, je suis le fils du Vent. Arrivé à Lanka, j'ai reconnu la princesse grâce à la description détaillée que Râma m'avait donné d'elle..."

 

Sita sentait l'extase envahir son être. Qui chantait avec tant de douceur cette complainte si bien choisie ? Levant les yeux, elle distingua dans l'ombre le visage couleur de corail du petit singe. Elle eut un mouvement de recul : "Je pense trop à Râma et ma raison m'égarre, j'ai trop souffert, et mes sens me trompent" se dit elle en mettant les mains devant ses yeux. Mais lorsqu'elle regarda à nouveau, le petit singe au visage de corail était toujours là : 

 

 - Tes mots sont pour moi du nectar et du poison ô singe ! Comment croire ce que tu me racontes ? comment savoir si tu es bien l'envoyé de Râma et non une ruse imaginée par Ravana ? Oh ! pourquoi me tourmenter ainsi ? ne peut-tu me laisser rejoindre le royaume des morts ?

 

- Noble princesse, ouvre les mains, dit le singe, et tend les vers moi.

 

Sita tendit les paumes ouvertes vers Hanuman. Le singe laissa glisser la bague de Râma dans les mains de Sita. La princesse frisonna de tout son corps. Puis, elle pencha la tête avec tendresse sur son épaule en prenant la bague si familière qu'elle avait vu briller chaque jour au doigt de son époux, elle l'appuya longuement entre ses sourcils.

 

- Valeureux singe, dit-elle, tu es habile, couraeux et tu sais employer les mots justes. Ô parfait messager ! parle-moi de mon Seigneur : n'a-t-il pas négligé ses devoirs ? n'a-t-il pas perdu sa force et son caractère résolu ? 

       

- Que la noble princesse se rassure, dit Hanuman, Seigneur Râma n'attend que de savoir où se trouve sa princesse pour voler à son secours : le jour il est à l'affut du moindre signe qui puisse l'y aider, la nuit il se dresse soudain en prononçant le nom de Sitâ, ses pensées sont constamment dirigées vers elle. Il ne prend soin de lui-même que pour avoir la force de venir la délivrer avec l'immense armée des singes et des ours. Cependant si la princesse le désire je peux la prendre sur mes épaules et la conduire auprès du prince.

      

- Ton enthousiasme et ta bonne volonté t'égarrent, dit elle, petit comme tu es, c'est moi qui devrait te prendre sur mes épaules ! ...

 

extrait du groupe msn vishnouisme.

20:28 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.