25/07/2005

Hanuman retrouve Sita partie 1

Sita est prisonnière de Ravana dans son palais de Lanka. Hanuman grâce à ses pouvoirs yoguiques est parvenu à aborder sur l'île de Lanka... 

 

Face à lui,  dans l'écrin des sombres forêts s'étend la cité du roi des Rakshashas.

 

La lune éclairait les tours de marbre, faisait étinceler les joyaux des terrasses et luire les arches d' or et les portes d'ébène. Hanuman se souvint que la cité avait été construite pour Kubera par Vishvakarma, l'architecte des dieux. Une foule d'Orques armés de pics, se promenaient dans les rues. Ils étaient grands et forts et arboraient des armures flamboyantes, mais Hanuman les trouva horribles. Ils étaient difformes, hideux, contrefaits, les yeux ressemblaient à ceux de reptiles, certains n'avaient qu'un oeil au milieu du front. 

Explorant la cité, il remarqua les sept étages du palais de marbre de Ravana.  La pensée de découvrir bientôt Sita ravivait la force du valeureux singe. D'un bond il franchit plusieurs enceintes et pénétra dans la forteresse. Il reconnut Pushpak, le char volant conquis par Ravana. Il regarda alentour. Au centre d'un jardin se trouvait le gynécée de Ravana, il s'y rendit aussitôt. A l'intérieur le parfum des fumées d'encen se mêlait à celui des roses, des jasmins, des mangues et de la noix de muscade. Des femmes drapées de soie, ruisselantes de colliers de perles, de chaînes d'or gisaient là, entrelacées, étendues sur des tapis chamarés ou sur des lits de bois de santal, elles se perdaient dans un plaisir sensuel. Mais Sita ne pouvait se trouver en cet endroit. Hanuman sortit du gynécée comme d'une mer pullulente de serpents.

Hanuman se retrouva dans le jardin et le parcourut de long en large. "Sita, Sita ! où est Sita se lamentait-il. Est-elle morte de douleur en regardant la splendeur de la nuit et en criant " Ô Râma,! Ô Lakshmana ! Ô Ayodhya ! " comment aurait-elle survécu parmi ces monstres ? . Tandis qu'il tentait de remettre de l'ordre dans ses idées, il avait gravi le mur d'enceinte. Il s'élança et sauta d'arbre en arbre, en s'accorchant aux plantes grimpantes, il plongea dans les étangs éveillant les cygnes et les oies sauvages, arpenta les terrasses, glissa le long des colonnes des temples. Il grimpa au faîte d'un arbre et se tint un instant immobile. Non loin de là, il vit au pied d'un arbre une forme humaine d'aspect misérable, vêtue d'un etoffe jaune déchirée, les bras entourant ses genous repliés où reposait sa tête. Elle soupirait sans cesse. Des ogresses l'encerclaient. Elle leva vers le ciel son visage baigné de larmes, émacié par le jeûne, et Hanuman y lut l'anxiété et la douleur. Il vit ses yeux immenses comme ceux d'un biche traquée dans la forêt, son cour bleui par les saphirs qu'elle avait dû porter autrefois, car elle n'avait aucune parure. Il admira sa poitrine ronde, sa taille minde, ses membres longs. Il était perplexe. 

Bien que l'etoffe qui la couvrait fut sale et fanée, il ne put manquer de reconnaître le tissu semblable à celui qui avait contenu les bijoux tombés sur le rocher des singes. Convaincu d'avoir retrouvé la vertueuse épouse de Râma, Hanuman resta assis sur sa branche et son coeur s'emplit de tristesse. Son regard ne pouvait se détacher de Sita et, en la contemplant, il pensa à un espoir frustré, à une foi détruite, à une réputation gâchée par de faux scandales, à une compréhension assombrit par la passion, à un texte sacré dont la signification serait perdue.

Elle regardait autour d'elle, mais ne semblait voir ni les arbres, ni les fleurs, ni la nuit étoilée, ni la splendeur de la lune, ni les démones. Ses pensées étaient exclusivement tournées vers Râma.

extrait du groupe msn vishnouisme.

 

15:48 Écrit par Dharma Today | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.